Revenir au site

Apprendre à mieux réseauter à distance, une belle occasion de s’occuper de soi et de son avenir

par Valérie Desclerc et Marie-Anne Ferrat

Ce n’est pas parce que la distanciation physique s’impose à nous qu’il faut se refermer sur soi. Les conférences, les colloques, les petits déjeuners sont reportés. Heureusement, il reste LinkedIn, les webinars, les mails et le téléphone pour entretenir et développer le lien social.

Vous êtes passionnée par un sujet ou tout simplement curieuse d’en savoir plus. Vous avez un projet, une envie. Pourquoi ne pas profiter de cette période pour développer votre réseau ?

Nous avons retenu ce sujet pour la capsule 4 de notre programme Prêtes pour l’après qui a eu lieu le 14 mai.

Prêtes pour l'après : le réseau

Les hommes sont-ils plus doués que les femmes dans le networking ?

Etre à l’aise et efficace dans sa démarche réseau ne devrait pas être une question de sexe.

Si nous connaissons d’’excellents et de piètres réseauteurs, chez les hommes comme chez les femmes, beaucoup de femmes avouent être encore mal à l’aise dans cette approche.

Plusieurs raisons sont invoquées :

  • Elles n’en voient pas l’utilité
  • Elles ne prennent pas le temps 
  • Elles ont des scrupules à se mettre en avant
  • Elles ont peur de déranger

Le rapport des femmes aux réseaux est encore largement conditionné par l’impact des injonctions que nous avons déjà évoquées dans un précédent article :

  • Ce n’est pas bien de se mettre en avant
  • Il suffit de bien travailler pour être reconnue et récompensée
  • Le temps disponible doit en priorité être utilisé au service de sa famille etc…

Et pourtant, les associations de femmes se développent…

Certains hommes nous disent : « Ah, mais si ça s’arrange, regardez maintenant, elles réseautent via leurs associations de femmes ». Les associations de femmes se développent, plus de 500 ont été répertoriées en France. C’est bien pour la solidarité et le partage, mais elles ne doivent pas pour autant constituer un alibi pour ne pas réseauter aussi avec des hommes. Les deux sont nécessaires, car la solidarité donne de la force et le monde professionnel est mixte.

"Ne pas renoncer à ses ambitions, conserver ses rêves et surtout trouver des alliés. Pas forcément des femmes. Certains hommes avec lesquels j'ai travaillé m'ont apporté des soutiens très précieux. Avoir des appuis et former des alliances, c'est crucial dans le monde professionnel" - Christine Lagarde

Pourquoi cela vaut-il la peine d’investir du temps et de l’énergie dans le réseau ?

Pour une raison très simple, en pure logique, vous avez infiniment plus de chances, avec un réseau, d’élargir votre champ de réflexion et d’action que si vous restez repliée sur vous-même et un cercle relationnel restreint et qui vous ressemble. A moins d’une chance extraordinaire, la solution à votre problème est probablement là où vous le soupçonnez pas.

La capacité à développer et entretenir son réseau constitue très souvent un préalable pour atteindre son objectif professionnel. Faire parfaitement son travail ne suffit pas toujours. Il faut également prendre soin de tisser des liens d’entraide, de solidarité, d’alliance et de coopération avec d’autres professionnels.

Le réseau permet de débusquer les opportunités de carrière et, de se faire connaître auprès de ceux qui ont le pouvoir de vous promouvoir. Quoi que l’on en pense, c’est ainsi que les choses se passent le plus souvent, même dans la fonction publique.

Quand faut-il commencer ?

Le plus tôt possible. Le réseau, c’est comme le toit d’une maison, il est plus sage de le refaire quand il fait beau. Il est aussi nécessaire de l’entretenir régulièrement, plutôt que de tenter de le ressusciter au moment où l’on en a besoin.

Est- ce qu’on peut improviser ?

Cela marche parfois, au détour d’une discussion petite conversation, petite cause, grand effet. Mais peut-on se fier complètement au hasard de la vie ?

Pour être pro et obtenir des résultats, il faut mettre en place une stratégie.

Comment identifier et développer son réseau ?

Une règle d’or : pas de réseau sans cible et sans pitch. Il faut donc :

  • Bien définir ce que l’on cherche à obtenir (informations, poste…) ;

  • Constituer sa cartographie en commençant par son 1er cercle : les personnes que vous connaissez et qui vous connaissent. Repérez les personnes que vous auriez intérêt à connaître puis établir des passerelles entre le réseau du 1er cercle et celles-ci. Obtenir ainsi une recommandation peut vous faire gagner un temps précieux ;
  • Repérer les évènements, les associations et autres clubs et lieux où elles pourraient se trouver. Dans cette période où cela est plus difficile, explorer les programmations de webinars, les prises de parole sur les réseaux sociaux des personnes qui vous intéressent  et  faites-vous connaître d’elles. Un commentaire sur Linkedin par exemple associé à une demande de connection ; 
  • Etre claire sur votre présentation pour vous rendre visible, lisible et attractive
  • Une seule question pour bien commencer : que souhaitez-vous que le réseau retienne de vous ?
  • Rayonnez sur une expertise via  les réseaux sociaux. Vous serez bientôt identifiée comme une interlocutrice de valeur. Cela vous donne naturellement plus d’assurance pour contacter par exemple celle et ceux qui vous « like » ou vous retweetent  pour engager une discussion.
  • Le 1er contact est primordial. On n’a pas une seconde chance de faire une première bonne impression.
  • Préparez-vous à une conversation réseau avec la même exigence que pour un entretien d’embauche même si ça n’est pas le contexte. 

Comment trouver le temps de réseauter ?

Combien de temps avez-vous à consacrer au networking ? Vous êtes nombreuses à nous répondre aucun ou très peu, invoquant les charges familiales et/ou l’agenda professionnel.

Ce manque de temps peut constituer un réel ralentisseur de carrière pour les femmes ! En effet, le capital du lien social représente un atout déterminant dans la réussite professionnelle.

Les hommes dans leur grande majorité arrivent plus facilement à dégager du temps, les fameux afterworks par exemple. En ce moment, ils hésitent moins à utiliser leur téléphone pour nouer un contact suite à une connection via un webinar par exemple.

Comment être sûre de ne pas déranger ?

Vous ne dérangez pas, votre interlocuteur va y trouver de multiples bénéfices.

  • Si vous le contactez grâce à une connaissance commune, il rend service à ce dernier ;
  • L’entretien est une source d’informations riches et de bénéfices cachés pour lui également ;
  • Il est reconnu en tant qu’expert ; 
  • Il est valorisé dans sa générosité ; 
  • Il participe à la solidarité du donnant-donnant entre pairs  ;
  • Il s’autorise un break agréable. A vous aussi de jouer pour que cela soit le cas.

Comment entretenir son réseau ?

Vous avez pris le temps d’obtenir un entretien, une recommandation, prenez aussi du temps en aval pour remercier la personne qui vous a ouvert une perspective et pour lui montrer que vous pensez encore à elle après. Comment ? en l’informant d’évènements à venir susceptible de l’intéresser, en partageant avec elle un article ou en lui rendant un vrai service à votre tour, en lui donnant des nouvelles si votre actualité professionnelle le justifie.

La réciprocité dans la générosité est clé dans l’approche réseau. Le bon réseauteur n’est pas celui qui a le plus de relations, c’est celui qui sait construire des relations de confiance avec ses interlocuteurs

À chacune d’entre vous de trouver son style et de choisir d’intégrer les réseaux qui l’intéressent. Quel que soit le genre, les règles du jeu restent les mêmes. Il n’est pas question de force physique ou d’hormones, il s’agit juste d’en avoir envie.

C’est le premier pas qui coûte, ensuite vous y prendrez goût et enfin, vous finirez par faire du réseau comme d’autres de la prose.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OKAbonnements générés par Strikingly